Programme Ivy

Lettre aux investisseurs

Novembre 2017

Commentaire marchés

sparklines
Quelques évolutions de prix Year-to-date

L’accélération synchronisée de la croissance des grandes puissances économiques continue d’orienter les marchés actions à la hausse en Novembre. Seule l’Europe semble marquer le pas, pénalisée en début de mois par l’incertitude autour de la suite donnée aux élections en Allemagne et les conditions du processus du Brexit.

Les États-Unis affichent 3,3% de croissance de leur PIB pour le troisième trimestre en dépit des ouragans Harvey et Irma, confirmant que l’économie américaine est bien ancrée dans une phase d’accélération. Les indices US ont profité de cette embellie pour afficher des performances mensuelles d’environ 2,8% pour le S&P et 2,2 % pour le Nasdaq. Pour le mois de Décembre, la réforme fiscale américaine, qui prévoit de baisser le taux d’imposition de 35 % à 20 % sur le bénéfice des sociétés, a été entérinée par le sénat, ce qui devrait soutenir le camp des bulls. La difficulté majeure sera d’évaluer l’impact de cette réforme sur le dollar à moyen terme. Les 1000 milliards qui devraient s’ajouter à la dette publique de 20 000 milliards pourraient entraîner le billet vert dans un nouveau cycle de baisse.

Les problèmes géopolitiques liés à la Corée du Nord n’ont en revanche pas du tout l’air d’impacter le moral des investisseurs. Les indices phares de la Bourse de Tokyo et de Hong Kong affichent respectivement +3,24% et +3,3% sur le mois. On notera que l’économie japonaise enregistre son septième trimestre consécutif de hausse, stimulée par une forte demande à l’export (+6%), notamment dans le secteur automobile et l’acier.

Pour voir du rouge, il faut se tourner vers le vieux continent. En effet, la décorrélation avec les autres indices mondiaux est assez significative à l’image de l’Euro Stoxx qui perd -2,4% sur le mois, le Dax et le CAC oscillent également en territoire négatif. Le climat en Allemagne reste tendu, Angela Merkel peine à trouver une entente avec les différents partis politiques partenaires pour former un gouvernement. L’instabilité politique actuelle en Allemagne n’est pas bien vue par les marchés financiers car les partis assis à la table des négociations pour la formation d’une grande coalition sont de grands eurosceptiques.

Sur le marché du crédit, la volatilité reste faible et les spreads serrés, dans le sillage des marchés actions. Le niveau de volatilité est auto-entretenu par des statistiques macro-économiques en ligne, voire meilleures qu’attendues. Cet environnement resserre de plus en plus les spreads, ce qui pousse les gérants à privilégier des produits structurés, dont les risques sont élevés par rapport au gain potentiel envisagé. Tel semble être le prix à payer pour générer un peu d’alpha dans les portefeuilles obligataires aujourd’hui.

Sur le front des matières premières, on notera la bonne performance mensuelle du café (+5,80%), suite aux pluies diluviennes en Colombie, qui pourraient impacter fortement la récolte d’environ 30%. L’énergie n’est pas en reste puisque le West Texas Intermediate s’adjuge également une belle performance mensuelle de 5,52%. Les principaux intervenants sur le marché de l’énergie voient le pétrole continuer à monter, avec l’extension jusqu’à fin 2018 de la limitation de production par l’OPEP et la Russie.

Pour redescendre un peu sur terre, c’est vers l’Empire du Milieu qu’il faut se tourner avec la dernière intervention du gouverneur (sur le départ) de la banque centrale chinoise, Zhou Xiaochuan. En effet, ce dernier continue de lancer des avertissements sur le niveau d’endettement du pays, qui aujourd’hui approche les 300% du PIB, et sur les méthodes de financement des entreprises chinoises qui ne peuvent vivre autrement qu’à crédit.

On notera que les inquiétudes grandissent autour du shadow banking chinois. On a vu l’effet domino catastrophique que pouvait avoir le moindre choc dans un tel système de financement hors contrôle des banques centrales, et ce même dans une économie supposée plus mature et résiliente. Même si les autorités ont tenté d’endiguer la croissance du leveraging basé sur la dette auprès des entreprises et des localités, le financement via le shadow banking continue de croître. Représentant aujourd’hui plus de 8,5 trillions de dollars, il est porté, entre autres, par l’enthousiasme des ménages pour les WMPs (Wealth Management Products), ces produits adossés à des projets locaux, avec des promesses de rendements mirobolants à 15%, 20% ou 25%.

Le programme Ivy continue à profiter des marchés les plus porteurs sur le mois de novembre, actions et pétrole notamment, ce qui porte la performance totale depuis le début de l’année à +20.9%.

Nos convictions actuelles

Convictions de marché et paris actifs
Les graphiques montrent nos convictions actuelles par marché, allant de -100% (maximum bearish) à +100% (maximum bullish).
Pour chaque classe d’actifs, nous montrons nos trois convictions les plus hautes et nos trois les plus basses.

eq_conv
fi_conv
cm_conv
re_conv

Programme Ivy YTD

ptfl_pnl
Contributions à la hausse les plus significatives YTD
E-mini Nasdaq 100 +3.23%
E-mini S&P 500 +3.16%
Palladium +2.18%
VGT +1.56%
Contributions à la baisse les plus significatives YTD
Platinum -1.75%
CAD 10Y -1.32%
Henry Hub Natural Gas -0.62%
Gas Oil -0.47%

Performance et positions

La stratégie Ivy réalise une performance de +20.9% en 2017 à fin novembre.

La partie « collatéral », constituée d’ETFs, représente environ 60% de ces gains, et les positions long/short sur futures 40%.

Les gains sur l’année proviennent en grande partie des positions sur les actions, sur certaines matières premières (palladium, cuivre et softs) ainsi que des positions ETFs sur immobilier et produits de taux.

Les pertes proviennent de positions futures spécifiques, notamment sur les taux longs canadiens, le platine et le gaz naturel.

Une décomposition plus fine de la performance est détaillée ci-après.

En termes de convictions, nous restons toujours positifs sur les actions dans leur ensemble. Nos convictions les moins marquées sont sur le secteur des télécommunications et de l’énergie, et certains marchés européens (notamment anglais). Nous diminuons nos positions sur les marchés émergents, qu’elles soient actions ou obligations.
Pour les obligations, nous privilégions toujours les convertibles et les obligations d’entreprise. Nous restons short sur les taux longs US, neutres sur les taux canadiens et le Bund, et long sur les Gilts. Sur l’immobilier, nous privilégions toujours l’immobilier ex US à l’immobilier américain.
Enfin sur les matières premières, nous sommes bearish sur le maïs, le gaz naturel et le platine ; nous sommes bullish sur le cuivre, sur le pétrole Brent et le palladium.

klass_pnls@etf@0
klass_pnls@etf@1
klass_pnls@etf@2
klass_pnls@etf@3

Contribution à la performance (collatéral)

Les ETFs actions constituent la part la plus importante des gains acquis dans le collatéral en 2017.

Les graphiques ci-contre (un par classe d’actifs) illustrent leur contribution à la performance depuis le 1er janvier 2017 (en USD).

klass_pnls@futures@0
klass_pnls@futures@1
klass_pnls@futures@2

Contribution à la performance (futures)

Les graphiques ci-contre (un par classe d’actifs) illustrent la contribution des futures à la performance depuis le 1er janvier 2017 (en USD).

Contributions au risque du portefeuille

Contributions au risque (component VaR 95% 1-day)

Les graphiques montrent comment nos positions contribuent à la VaR (Value at Risk) totale du portefeuille. Les contributions positives vont dans le même sens que le risque du portefeuille dans son ensemble, les contributions négatives sont celles des positions diminuant le risque global du portefeuille.

Pour chaque classe d’actifs, nous montrons les trois contributions les plus hautes et les trois les plus basses.

eq_var
fi_var
cm_var
re_var

Focus sur les secteurs actions US

Nous analysons ce mois-ci la performance relative de différents secteurs et nos convictions relatives. Sur le marché actions US, la performance est continue depuis le début de l’année et notre programme est resté extrêmement bien positionné à cet égard. Néanmoins en regardant de plus près les secteurs, nous pouvons tirer quelques conclusions plus fines.

D’une manière générale, les performances relatives des différents secteurs sont relativement conformes à la phase intermédiaire d’un cycle économique traditionnel, avec une assez faible dispersion, et le secteur technologique en pointe. Néanmoins, alors que le secteur de l’énergie est habituellement bien placé à la fois en milieu de cycle et en fin de cycle, celui-ci est à la peine cette année. Nous revenons neutres sur le secteur ainsi que celui des télécoms, après avoir été bearish des deux.

La dispersion des performances a augmenté au cours du mois de novembre, avec notamment un rebond récent des biens de consommation durables, des financières, des industrielles et des télécoms. Il sera intéressant de suivre cette évolution, qui pourrait conduire à plus d’éléments indiquant une entrée en fin de cycle. Dans un tel scénario, ce sont les secteurs des matériaux de base, de la santé et de l’énergie qui tendent à surperformer, suivi par les utilities et les biens de consommation durables.

L’approche réactive et adaptative d’Ivy permet de coller au mieux aux rotations nécessaires, qu’elles soient tactiques, de moyen terme (liées au cycle économique) ou long terme. En ce sens nos convictions sur les secteurs de l’énergie, des télécoms et des biens de consommation pourraient continuer à évoluer au cours des prochains mois.

trade_pnl

Points forts et benchmarking

Points forts du programme Ivy
Deep learning Swiss made
Tail risk protection & crisis alpha Daily liquidity
benchmark_pnl
Metrics Ivy 12 SG CTA Trend Index S&P500 20Y Treasury Bond
Annualized return 12.64% 5.44% 5.34% 7.25%
Volatility 10.19% 13.33% 19.39% 12.80%
Sharpe ratio 1.1 0.38 0.27 0.55
Max. drawdown 14.07% 21.66% 55.20% 26.59%
Correlation with Ivy - 0.55 0.27 0.13

Conditions

La stratégie Ivy est accessible sous forme de managed account dès 500’000 CHF/EUR/USD/GBP.
Elle sera très prochainement disponible sous forme de fonds UCITS.
Contactez-nous pour de plus amples informations.

1%
Frais de gestion
10%
Frais de performance

Pour en savoir plus

laptop

Découvrez Ivy de manière interactive en cliquant ci-dessous:

Portefeuille interactif Ivy

pen

Et contactez-nous

+41 22 342 47 01