Programme Ivy

Lettre aux investisseurs

Décembre 2017

Commentaire marchés

sparklines
Quelques évolutions de prix Year-to-date

L’année 2017 restera dans les annales comme l’année de la plus faible volatilité sur les indices actions mondiaux depuis 30 ans. La volatilité réalisée et la volatilité implicite ont évolué sur des niveaux historiquement bas. Même combat sur l’obligataire avec l’indice MOVE de Merril Lynch qui reste sous ses niveaux moyens historiques avec une diminution marquée tout au long de l'année. Avec des niveaux de volatilité restant aussi bas, les investisseurs n'ont pas eu de raison de modifier significativement leur positionnement sur la fin d'année 2017.

Alors que l'année s'est achevée, que pouvons-nous retenir des performances des différents marchés ? Parmi les grands gagnants, en monnaie locale, nous trouvons les indices des marchés émergents, les États-Unis, le Japon, et les small caps avec des hausses approchant ou dépassant les 20%. En Europe, la performance est aussi au rendez-vous dans une moindre mesure. Les évènements géopolitiques (Catalogne, élections en Allemagne, Brexit) ont pesé sur la tendance au dernier trimestre, ce qui conduit à une performance annuelle moindre, à l’image de l’Eurostoxx 50 (+8,3%) ou du marché anglais (+7.2%) même si ce dernier s'est bien repris en décembre.

Concernant 2018, les attentes des investisseurs sont unanimes pour le premier semestre. Tous restent positifs sur les indices actions. Une telle unanimité n'est pas forcément un mauvais présage, mais il faut se méfier cependant car si des ajustements de positions devaient intervenir, ils s'opéreront plutôt à la baisse et de manière groupée. Pour le second semestre les avis divergent, là où certains prévoient une continuité sur l’ensemble des marchés, d’autres deviennent plus prudents. Effectivement, il est délicat de prévoir l’impact de la normalisation des bilans des banques centrales à moyen terme et sa répercussion sur les taux. Le niveau de valorisation excessif de certains secteurs du marché actions est aussi un argument récurrent de certains analystes de grandes banques. La double stimulation aux États-Unis, avec une politique monétaire restant accommodante, et une politique budgétaire et fiscale favorable aux entreprises, n'est pas non plus sans risques.

Il nous paraît aussi utile de rappeler qu’un tassement continu de la volatilité sur une trop longue période a tendance à biaiser l’estimation du risque, notamment dans les modèles de VaR (Value-at-Risk). Comme nous l'avons observé en 2017, le niveau bas de la volatilité n'est pas forcément signe que le pire est à venir (d’ailleurs, les stratégies vendeuses de volatilité ont bien fonctionné cette année, corrélées qu'elles sont à la hausse des marchés). Mais il faut garder un œil sur les phénomènes inhabituels ou inédits. Les flux croissants sur les ETFs vendeurs de volatilité font partie de ceux-là. Au regard de la masse des engagements sur ce type de position, des distorsions entre différentes échéances et/ou avec les marchés sous-jacents sont fort probables. Des «sauts» de volatilité inhabituels - potentiellement temporaires mais ravageurs - pourraient ainsi se manifester en 2018, avec des effets de bords peu contrôlables.

Que le marché monte ou baisse en 2018, les stratégies d’«Ivy» seront en mesure d’aller chercher de l’alpha au cœur des tendances, tout en conservant une diversification et une allocation optimale. Une stratégie opportuniste de type suivi de tendance nous semble appropriée au vu des éléments mentionnés ci-dessus, que ce soit dans un scénario haussier continu de type fin des années 90, ou dans celui d'un retournement à la mesure de l'apathie actuelle.

Le programme Ivy, qui, rappelons-le, investit de manière diversifiée sur l'ensemble des classes d'actifs, a lui continué à profiter des marchés les plus porteurs sur le mois de décembre, ce qui porte la performance totale pour l’année 2017 à +24%.

Nos convictions actuelles

Convictions de marché et paris actifs
Les graphiques montrent nos convictions actuelles par marché, allant de -100% (maximum bearish) à +100% (maximum bullish).
Pour chaque classe d’actifs, nous montrons nos trois convictions les plus hautes et nos trois les plus basses.

eq_conv
fi_conv
cm_conv
re_conv

Programme Ivy YTD

ptfl_pnl
Contributions à la hausse les plus significatives YTD
E-mini S&P 500 +3.41%
E-mini Nasdaq 100 +3.26%
Palladium +2.66%
Vanguard Information Technology +1.57%
Contributions à la baisse les plus significatives YTD
Platinum -1.70%
CAD 10Y -1.36%
Bund (GER 10Y) -0.52%
Long Gilt (UK 10Y) -0.36%

Performance et positions

La stratégie Ivy réalise une performance de +24% en 2017.

La partie « collatéral », constituée d’ETFs, représente environ 55% de ces gains, et les positions long/short sur futures 45%.

Les gains sur l’année proviennent en grande partie des positions sur les actions, sur certaines matières premières (palladium, cuivre et softs) ainsi que des positions ETFs sur immobilier et produits de taux.

Les pertes proviennent de positions futures spécifiques, notamment sur les taux longs (canadiens et allemands), le platine et le gaz naturel.

Une décomposition plus fine de la performance est détaillée ci-après.

En termes de convictions, nous restons toujours positifs sur les actions dans leur ensemble. Nos convictions les moins marquées sont sur le secteur des télécommunications et de l’énergie, et certains marchés européens. Nous augmentons nos convictions sur le secteur de l'énergie et des biens de consommation durable.
Pour les obligations, nous privilégions toujours les convertibles et les obligations d’entreprise. Nous restons short sur les taux longs US, neutres sur les taux canadiens et le Bund, et long sur les Gilts. Sur l’immobilier, nous privilégions toujours l’immobilier ex US à l’immobilier américain.
Enfin sur les matières premières, nous sommes bearish sur le maïs, le gaz naturel et le platine ; nous sommes bullish sur le cuivre, sur le pétrole Brent et le palladium.

klass_pnls@etf@0
klass_pnls@etf@1
klass_pnls@etf@2
klass_pnls@etf@3

Contribution à la performance (collatéral)

Les ETFs actions constituent la part la plus importante des gains acquis dans le collatéral en 2017.

Les graphiques ci-contre (un par classe d’actifs) illustrent leur contribution à la performance depuis le 1er janvier 2017 (en USD).

klass_pnls@futures@0
klass_pnls@futures@1
klass_pnls@futures@2

Contribution à la performance (futures)

Les graphiques ci-contre (un par classe d’actifs) illustrent la contribution des futures à la performance depuis le 1er janvier 2017 (en USD).

Contributions au risque du portefeuille

Contributions au risque (component VaR 95% 1-day)

Les graphiques montrent comment nos positions contribuent à la VaR (Value at Risk) totale du portefeuille. Les contributions positives vont dans le même sens que le risque du portefeuille dans son ensemble, les contributions négatives sont celles des positions diminuant le risque global du portefeuille.

Pour chaque classe d’actifs, nous montrons les trois contributions les plus hautes et les trois les plus basses.

eq_var
fi_var
cm_var
re_var

Points forts et benchmarking

Points forts du programme Ivy
Deep learning Swiss made
Tail risk protection & crisis alpha Daily liquidity
benchmark_pnl
Metrics Ivy 12 SG CTA Trend Index S&P500 20Y Treasury Bond
Annualized return 12.78% 5.48% 5.39% 7.32%
Volatility 10.15% 13.32% 19.35% 12.79%
Sharpe ratio 1.1 0.39 0.27 0.55
Max. drawdown 14.28% 21.66% 55.20% 26.59%
Correlation with Ivy - 0.54 0.27 0.13

Conditions

La stratégie Ivy est accessible sous forme de managed account dès 500’000 CHF/EUR/USD/GBP.
Elle sera très prochainement disponible sous forme de fonds UCITS.
Contactez-nous pour de plus amples informations.

1%
Frais de gestion
10%
Frais de performance

Pour en savoir plus

laptop

Découvrez Ivy de manière interactive en cliquant ci-dessous:

Portefeuille interactif Ivy

pen

Et contactez-nous

+41 22 342 47 01